Session 25 Avril 2017 – La vision utopique du futur

Intervenants : Alexandre Cadain, Directeur France d’Hyperloop MTT et d’Anima.ai
Sujet Abordé : La vision utopique du futur

 

Le sujet du jour nous présente une manière de voir le futur grâce aux innovations et aux changement prévus.

Alexandre travaille actuellement sur un livre appelé Xtopia, qui définit en quelque sorte une utopie technologique du 21ème siècle, basé sur ses expériences, à mi-chemin entre technophilie naïve et le pessimisme ambiant catastrophique européen qui empêche de produire des innovations radicales.

(Des innovations qui visent l’impossible, une amélioration X10 d’un projet existant afin de profiter du pouvoir de transformation que l’on possède aujourd’hui. On a en opposition, l’innovation incrémentale, qui vise une optimisation, avec une amélioration de 10% du produit existant.)

Rien ne dit que la marche en avant de la société est inéluctable, on peut imaginer des chutes technologiques d’empires tels que le nôtre. Pour que l’on arrive à innover aujourd’hui on met l’homme en compétition contre lui-même.

Alexandre nous a présenté une innovation radicale : Hyperloop, qui créerait un 5ème moyen de transport, en créant des capsules dans des tubes à vide en recréant en quelque sorte les conditions du vide spatial sur terre pour se déplacer à la vitesse du son, ce qui est aujourd’hui selon lui le projet le plus complexe technologiquement parlant aujourd’hui.

Aujourd’hui sur Terre il existe différentes manières d’aborder le futur, qui sont totalement différentes selon les continents. Lors d’une expérience menée en Septembre 2015 appelée love machine (racontez-nous le futur), projet de création de fictions sur ce que pourraient le futur technologique faites par n’importe qui : en France on retrouve 90% des histoires négatives contre Los Angeles avec 90% d’histoires positives.
En France on ne trouve pas cela normal de tomber amoureux d’une machine, contrairement aux USA. Cet état d’esprit peut également expliquer le manque de projets innovants un peu « fous » en France, on ne finance pas ou peu ce type de projet, contrairement aux USA où de nombreuses personnes (riches) sont passionnées par cette folie des grandeurs.

Certaines personnes pensent que les machines peuvent reconnecter les humains (application Replika) qui seraient capable d’analyser une émotion et de s’adapter à chaque réaction. Cette intelligence est basée sur l’apprentissage, elle devient meilleure de jour en jour, plus précise. On peut comparer cela au call center du futur.

L’IA peut être comparée au feu, c’est une invention qui nous a réuni autour des premiers villages avant de les détruire. La technologie de manière générale est amorale, il faut l’orienter dans le bon sens en manière de développement. On en a actuellement une peur bleue car on en a eu peur de se bruler malgré l’avantage de pouvoir manger grâce à lui. L’IA crée aujourd’hui de nouveaux fantasmes utopiques, la peur de transmettre notre avantage de l’intelligence, qui assoit notre domination de la Terre aux machines.
Le fantasme de l’IA tech-over (Terminator) fait que l’on croit qu’elle peut gagner une conscience et être autonome. Elon Musk pense qu’il faudrait merger à la machine pour garder notre avantage compétitif sur elle.

On peut voir cela d’un autre point, en appliquant le réalisme spéculatif, qui stipule que le futur est incertain, mais le passé l’est aussi. Ce courant est fascinant pour les entrepreneurs, il ouvre un monde de possibilités qui permet d’imaginer un autre monde, de tout reprendre from scratch ; c’est un peu la manière dont fonctionne Hyperloop.

Le monde aujourd’hui tourne sur un paradoxe car on souhaite retarder le futur, la mort mais on cherche quand même à accélérer le temps pour être plus productif.